Espagne et Asturie à Douarnenez

Le Festival de cinéma de Douarnenez s'associe à l'école de musique et au Port-musée dans le cadre d'une semaine consacrée à l'Espagne, du 28 mars au 4 avril prochain.

Le programme complet >>>

flyer semaine espagnole

Samedi 28 mars - 18h30 à 19h30 - Auditorium - Entrée libre

CONFERENCE DE LISARDO LOMBARDIA

Octobre 1937 : la Bretagne port d’accueil des réfugiés des Asturies Exilés asturiens

À l'automne 1937, des Asturiens fuient par la mer l'avancée des troupes franquistes. Certains de ces bateaux,pour beaucoup des chalutiers, arrivent tant bien que mal sur les côtes bretonnes.

À Douarnenez atterit l'Abascal, à son bord se trouve le gouvernement asturien.

Octobre 1937
À LA TOMBÉE DU FRONT NORD DE LA GUERRE CIVILE ESPAGNOLE
LA BRETAGNE PORT D’ACCUEIL DES RÉFUGIÉS DES ASTURIES
Les Asturies ont été le dernier territoire républicain dans le Nord de l’Espagne à résister aux troupes nationalistes du Général Franco. Après quinze mois d’effort, de guerre, lorsque les troupes rebelles avançaient sur la ville maritime de Gijón, le « Conseil Souverain des Asturies et Léon », unique autorité légitime, ordonna l’évacuation par la seule issue de secours possible : la mer.
Le 20 octobre 1937, sous une grosse tempête et contournant le blocus ennemi suite à une opération dessinée quelques jours avant, ce sont plusieurs bateaux de guerre, mais surtout des chalutiers (souvent pilotés par des capitaines de fortune), qui transportèrent les restes d’une armée en retraite vers la façade atlantique française, mais aussi des civils voulant échapper à la répression impitoyable des vainqueurs.

Gov asturien à l'hotel de France

Gouvernement asturien à l'hôtel de France de Douarnenez

Des 10 000 évacués qui ont réussi à gagner les côtes françaises, près de 2.500 d’entre eux seulement arriveront en Bretagne. Les ports de Quiberon, de Lorient, de l’Ile de Groix, du Guilvinec ou encore de Penmarc'h dessinent alors la géographie de cette dramatique « retirada ». Symbole majeur de ce moment historique, le port de Douarnenez accueillera le bateau « Abascal », à bord duquel arrivera le gouvernement asturien pratiquement au complet. Un gouvernement, qui, divisé par les faits de guerre du reste du territoire républicain, avait dû se déclarer souverain et indépendant du gouvernement central.

Conférence sur cet épisode méconnu voire inconnu de l'histoire de Douarnenez

Lisardo Lombardia, Asturien et directeur du Festival Interceltique de Lorient, est passionné par l'histoire de sa province d'origine et particulièrement par cet épisode historique méconnu, qu'il fera partager au public avec la verve qu'on lui connaît.

Un encas sera servi aux personnes assistant à la conférence et au concert.

Samedi 28 mars - 20h30 à 21h45 - Salle des Gréements - Entrée libre

CONCERT DU TRIO MI ALMA
Mi_alma_photo_Josiane_Quillivic_bd

Le concert de « Mi Alma Trio » illustre poétiquement et musicalement les propos de Lisardo Lombardia, car les textes chantés sont ceux des poètes ayant contribué à la lutte contre le franquisme.

Composé de Sarah Floch (chant), Yann Simon (guitare) et Julien Weber (piano) le groupe proposera un tour de chant dédié à l'artiste catalan Paco Ibañez et à la poésie de Federico Garcia Lorca, Antonio Machado, Rafael Alberti, José Agustin Goytisolo, Jaime Gil de Biedma.

Jeudi 2 avril - 20h30 - Auditorium - Entrée libre

PROJECTION DU FILM « Ne pas s'avouer vaincu »

ne pas savouer vaincuUn film de Henri Belin et Susana Arbizu

 

Info sur le film et bande-annonce >>>

 

 

Vendredi 3 et samedi 4 avril - 18h - Salle des fêtes- Entrée libre

ELVIRA

(Pensez à réserver auprès de l'école de musique)

Spectacle de l'école de musique et de danse de Douarnenez.

Illustré par un théâtre d'ombres Portées, ce spectacle conté se situe à la fin des années 70 et retrace l'histoire de Miguel, pauvre paysan à la recherche de sa fiancée Elvira, enlevée par une bande de brigands. Projet de l'année, le spectacle Elvira réussit la prouesse de rassembler la quasi totalité des classes de musique et danse de l'école municipale autour d'un répertoire varié, allant de Joachim Rodrigo (Adagio du Concerto D'Aranjuez) à Mecano (Hijo de la luna), de Georges Bizet (Extrait de l'opéra Carmen) à Janette (Porque te vas?), en passant pas des paso doble et bulerias dansées.

FacebookTwitterTumblrGoogle+