Des nouvelles de…#6 – Raed Andoni





...


Raed Andoni, réalisateur palestinien, a été l’invité du Festival à l'occasion de l'édition « Frontières » en 2017. Documentariste reconnu, il réalise quatre films dont les deux derniers, Fix Me et Ghost Hunting, ont été présentés à l'occasion de sa venue à Douarnenez. 
Né en Cisjordanie, Raed Andoni participe largement au développement d'un cinéma palestinien indépendant, notamment via sa société de production Dar Film basée à Ramallah. Comme une majorité de palestiniens, il vit les invasions militaires, l'occupation, la prison et toutes les oppressions ayant place en Palestine. Son travail interroge notamment l'inscription de tous ces traumatismes dans le psyché et dans l'intime des personnes. Pour cela, il développe un cinéma affilié au « genre documentaire » qui ne manque pas de porosités avec l'univers de la fiction. L'apogée de cet entremêlement se trouve dans Ghost Hunting, où des ex-prisonniers (dont le réalisateur) recréent certaines infrastructures de la prison pour y rejouer certains souvenirs. En tant que spectateur, la limite est alors ténue... Lors de son séjour à Douarnenez, Raed Andoni avait aussi participé à une master class remarquée, aux côtés du Dr Samah Jabr. C’est avec grand plaisir que nous avons pris de ses nouvelles et échangé à l'occasion de ce Kezako pour l'après.


...



La vidéo est sous-titrée


...


Entretien avec Raed Andoni

Propos recueillis par Théo Fléchais, le 2 avril 2020
















Pour aller plus loin...

En complément de cet entretien, nous vous invitons à visiter le site du Palestine Film Institute qui met en ligne chaque semaine un film du cinéma palestinien, à voir !