41e édition

Kiripi Katembo2

41e ÉDITION DU FESTIVAL DE CINÉMA DE DOUARNENEZ

PEUPLES DES CONGO(S)

 

17-25 août 2018 – Douarnenez

Nous aborderons et interrogerons les peuples et les cultures des Congo(s), à savoir de la République démocratique du Congo et du Congo Brazzaville.
Deux Etats, de multiples histoires, de nombreuses langues et cultures…
Colonisations, indépendances, espoirs de démocratie, dictatures, prévarications, corruptions, con its ont secoué les deux entités, souvent dans l’indi érence générale… Des questions et des thématiques que le festival interrogera par le cinema, la littérature, les musiques populaires et les arts visuels… Pour, modestement, à notre échelle, en esquisser une fresque où l’ardeur de vivre, l’ingéniosité et la créativité des Congolais(es) seront mises à l’honneur.

SITE EN COURS DE MISE A JOUR

Lire la suite

41e ÉDITION DU FESTIVAL DE CINÉMA DE DOUARNENEZ

PEUPLES DES CONGO(S)

 

17-25 août 2018 – Douarnenez

Nous aborderons et interrogerons les peuples et les cultures des Congo(s), à savoir de la République démocratique du Congo et du Congo Brazzaville.
Deux Etats, de multiples histoires, de nombreuses langues et cultures…
Colonisations, indépendances, espoirs de démocratie, dictatures, prévarications, corruptions, con its ont secoué les deux entités, souvent dans l’indi érence générale… Des questions et des thématiques que le festival interrogera par le cinema, la littérature, les musiques populaires et les arts visuels… Pour, modestement, à notre échelle, en esquisser une fresque où l’ardeur de vivre, l’ingéniosité et la créativité des Congolais(es) seront mises à l’honneur.

SITE EN COURS DE MISE A JOUR

«Les Congo(s) sont musicaux, ils dansent, chantent, vibrent quand ils rient et quand ils pleurent, sur les rives du grand euve, cette artère profonde de l’Afrique remontée par des aventuriers tout droits sortis du coeur des ténèbres. Sur les écrans comme dans le plus quotidien, la rumba congolaise rythme l’amour et les folies de la vie. Le courage des femmes outragées par les guerres interminables y révèle la détermi- nation de surmonter les décennies d’horreur.»
Colette Braeckman