Le banquet des fraudeurs

Le Banquet des fraudeurs1


Résumé :

Cet unique long-métrage de fiction du père du cinéma documentaire belge, Henri Storck (Misère au Borinage), est aussi le premier tourné en Belgique après la Seconde Guerre mondiale. Un village est traversé par trois frontières, celles de l’Allemagne, de la Hollande et de la Belgique où trois mondes cohabitent : celui des travailleurs, des douaniers et des fraudeurs. Scénarisée par Charles Spaak, cette fiction aux résonances contemporaines, teintée d’un humour caustique, évoque la naissance de l’Union Européenne et milite pour l’abolition des frontières. Storck en profite pour illustrer une série de problèmes sociaux, fidèle à sa démarche de cinéaste du réel.

FacebookTwitterTumblrGoogle+
Fiche technique :

Réalisateur : HENRI STORCK

Scénario : Charles Spaak

Production : E. Film - Europäische Film, Tevefilm

Distribution : Malavida Distribution

Genre : Fiction

Pays de production : ALLEMAGNE, BELGIQUE

Année : 1951

Durée : 1h30

Format : DCP

Colorisation : Noir et blanc

Version : VOST FRANÇAIS

Image : Eugène Schüfftan

Son : Rudolf Rolf Epstein

Musique : André Souris

Montage : Georges Freedland, Georges Lust, Hilde Grabow

Interprétation : André Valmy, Christiane Lénier, Jean-Pierre Kérien, Paul Frankeur, Yves Deniaud


Centre de ressouces :
Format disponible pour pré-visionnement : non