Oscar Yana

Artiste plasticien bolivien et musicien, auteur de l’affiche de la 38ème édition, Oscar Yana propose une installation de ses oeuvres venues des Andes boliviennes et péruvienne.

OSCAR YANA

Le tableau “Ñustas en Bretagne” est une gravure sur bois, issue de la série “Tous les temps, tous les ailleurs”.
Oscar Yana se laisse happer par l’instant, et l’inspiration du moment. Il aime se promener dans des brocantes, trocs et puces et autres vide-greniers dans lesquels il picore des bribes de vie laissées à l’abandon. C’est le cas avec ces poupées de tissus, usées, périmées et laissées de côté qu’il a prises en main pour leur redonner vie, poursuivre leur histoire, la mêlant à la sienne. Il s’approprie ces figurines d’enfance bretonne pour les projeter dans l’univers précolombien, dans lequel les hommes, les animaux, l’environnement sont tous représentés au même plan, à égalité, sans perspective, issus d’un tout, parties du tout, de la vie, de la Pacha Mama.
Il crée ou recrée des créatures hybrides, mi-humaine mi-animales, ni homme ni femme, des personnages complexes, surgis de l’époque pré-colombienne qui viennent, avec leurs regards et leurs allures, se confronter au présent de façon parfois inquiétante et qui, à l’image de leur auteur, affirment une identité multiple, fruit d’un brassage culturel et temporel.
Ses oeuvres racontent la culture indienne, à travers des motifs récurrents, des figures mythiques, Pacha Mama, Inti (Soleil), Mama Quilla (Déésse Lune), le condor, le puma, qui viennent se fondre et se mêler à son imaginaire moderne.
Oscar Yana aime intégrer l’art populaire dans la sphère contemporaine, pour, là encore, mêler plusieurs plans et insuffler un rapport d’égalité aux différents champs de la vie.

Oscar Yana a vécu jusqu’à ses 22 ans entre la Bolivie et le Pérou, sur les hauts plateaux andins.
Au lieu d’entamer ses études à La Paz, Oscar Yana part rejoindre sa soeur en Espagne, et au fil des rencontres se retrouve en France, à Lorient, où il fonde une famille.

Son histoire, ses voyages, les cultures, les sociétés et les richesses rencontrées, Oscar Yana les conte à travers différents supports et techniques qui seront déclinés dans cette exposition.
Ses oeuvres variées interrogent l’histoire, celle d’aujourd’hui et celle d’hier, la sienne, des histoires faites de contrastes, de mélanges, de transformations, d’affirmations et de réappropriations.

Gravures Yana

 

 

 

 

 

 

 

 

CARNET DE VOYAGES / PASSEPORT DE VOYAGES / DIARO DE VIAJE, etc....

VOYAGES EN PERMANENCE...

Depuis que je suis sorti à l'âge de cinq ans de mon village Carabuco en Bolivie, je n'ai pas arrêté de parcourir mon pays en camion et « gondolas » (bus) avec mon père qui était camionero .

Tous les allers retours entre le Pérou et la Bolivie je les ai fait jusqu'à mes 22 ans . Puis ce fût le grand départ pour l'Espagne … L' Andalucia, Valencia, Castilla de la Mancha, Pays Basque et mon arrivée en France, la Bretagne en 1982 . Paris, la Suisse, l'Allemagne, l'Autriche, la Tchécoslovaquie, la Tunisie, Dakar …

Les allers retours Andalousie , La Paz, Paris, San Pablo, Lima, Miami, Caracas, Bogotá, Lima, La Paz, Istanbul, Paris...

Tous ces voyages sont ma richesse personnelle, ils ont formé la sensibilité de mon regard, de ma peinture .

A chaque moment, je m'adapte aux lieux que je visite et à travers des images de tous types, collages, dessins, journaux, revues je construit mon imaginaire et je le retranscrit à l'aide de différentes techniques .

J'utilise les contes, les histoires d'où vont naître mes gravures .

Comme support j'utilise les enveloppes des courriers que j'ai reçu de tous ces pays, laissant ainsi une trace, une histoire et aussi une manière de présenter l'art postal .

En parcourant tous ces pays, je me suis imprégné à chaque fois de leur vie sociale, culturelle et politique ;

Dans ce travail, j'essaye de montrer tous les moments agréables et difficiles, la nostalgie que chacun

peut ressentir loin de son pays d'origine .

Feliz viaje ! Oscar Yana

 

Le travail d'Oscar Yana par Joël Delhom, Maître de conférences de Civilisation latino-américaine, Université de Bretagne-Sud, Lorient

Les personnages inquiétants que met en scène Oscar Yana dans ses gravures semblent surgir de la nuit des temps précolombiens et faire irruption dans un présent qui les consterne. A moins que ce ne soit tout le contraire. En Effet, l’œuvre de style naïf de cet artiste d' origine bolivienne s' inscrit tout entière dans ce va et vient entre modernité et tradition, dont il semble rechercher la synthèse dans une thématique de la (re)génération et de l'état de nature évoquant la virginité originelle. Ce dépassement des contradictions de deux cultures antagoniques est un processus créatif doublement douloureux : tout d'abord, de par la mémoire collective d'un peuple qui garde le souvenir tragique d'une conquête et d'une colonisation incompréhensibles ; en second lieu, à titre individuel, par l'expérience d'un exil qui interroge les racines mythiques dans la confrontation à un réel déstructurant.

Oscar Yana s'inspire de figurines et de motifs picturaux des cultures andines méconnues de Nazca ( IIIe-VIe s.) et de Tiahuanaco ( IIIe-Xe s.) ( sud du Pérou, ouest de la Bolivie et nord du Chili) qu'il transfigure par des techniques artistiques occidentales, tout en préservant l'absence de perpective caractéristique des oeuvres ancestrales.

L' Amérindien, innocente victime d'un châtiment immérité, se trouve sacralisé dans un paraître figé, tandis que le mouvement accentue l'aspect terrifiant de la représentation archangélique du divin en cavalier de l' Apocalypse.

Le contraste des couleurs, qui souligne la dualité violence-innocence, renvoie aussi aux affres existentielles d'un artiste dont l' originalité est le fruit du métissage culturel et biologique. De leurs yeux vides et froids, ses figurines poignantes interrogent chacun de nous sur son identité spécifique.

BOUTIQUE DE NOSTALGIAS / MAGASIN DE SOUVENIRS / TIENDA DEL TIEMPO / TIENDA DE RECUERDOS / PUESTO DE BRUJOS / LA BOUTIQUE DEL OLVIDO / LA TIENDA DE L'AU DELA

On pourrait l'appeler de mille façons.

Depuis de nombreuses années, je récupère des céramiques et des poupées qui ont voyagé dans les valises de ceux qui, un temps, ont souhaité rapporter ces objets souvenirs et qui peu à peu s'en sont détourné et les ont abandonné .

Il s'agit de récupérer des bribes de ma culture d'origine

En collectant ces objets souvenirs, je les remets en scène dans une œuvre à caractère contemporain. D'autre part, je fais des moulages de statuettes originaires du Pérou ancien . En les multipliant, je forme une armée silencieuse que je présente comme la gardienne de ma boutique imaginaire .

Tel un collectionneur surréaliste, je me sens proche d'André Breton, et de son cabinet de curiosités présenté au musée Beaubourg, je réactualise les figures et les motifs issus de la culture sud américaine

Me permettant ainsi de tisser des liens subtils entre le passé et le présent .

Cela me rappelle ma grand-mère et ma mère qui tenaient toutes les deux une boutique où l'on trouvait de tout : alimentation, herboristerie, quincaillerie, bar, boulangerie etc...

Bienvenue à la boutique

Bien venidos a la tienda

Oscar Yana

FacebookTwitterTumblrGoogle+