Rodrigo Gómez-Rovira

Rodrigo Gómez-Rovira
Rostros retraídos escondidos

 

Rostros retraídos escondidos

Rostros retraídos escondidos

Rostro paciente y rostro antiguo

Madre Abuela Niña

Roja es la tierra en venas de una mirada

Silencioso es el labio humedecido en ilusión y esperanza

La tierra como único encuentro con la verdad de las manos

y sus huellas blancas en los pies

Testimonio entre lenguas terrosas amargas y dulces

Rostros retraídos escondidos

 

Serie “Mujeres quechua / El Terrado" – Bolivia 2006

Anamaria Briede Westermeyer

EL TERRADO-21

Rodrigo Gómez-Rovira est revenu en 1996 au Chili après avoir vécu et grandi en France, suite à l'exil de ses parents pour fuit la dictature de Pinochet.

Il arpente le continent sud-américain et passe par le village quechua El Terrado dans l'Altiplano bolivien. Le travail photographique de Rodrigo Gómez-Rovira raconte les gens, l'espace, les lieux.

Lors de sa seconde visite à El Terrado, le village est déserté par les hommes, partis aux champs. Les femmes, gardiennes du lieux, acceptent de se prêter au jeu du photographe, avec leurs enfants, dans le cadre naturel de leurs demeures de terre.
En travaillant ses tirages, Rodrigo Gómez-Rovira réalise l'attrait de ce village dans son cheminement identitaire. Dans ces hauteurs andines, il se reconnecte avec l'Amérique Latine et tisse un lien complice avec ces femmes indiennes.
Photographe chilien indépendant distribué par l'agence VU', a grandi en France. Aujourd'hui au Chili, il dirige le Festival international de photographie de Valparaiso (FIFV).

Lire le petit texte qu'il a co-écrit avec Claudio Perez pour le journal Libération :

Les dernières traces d'une mémoire fugitive >>>

Voir la page de l'agence VU >>>

D'autres reportages magnifiques à voir en ligne :

Et bien d'autre séries ici >>>

Article paru dans le journal Le monde en 2008 : Valparaiso vu par Rodrigo Gomez Rovira >>>

FacebookTwitterTumblrGoogle+