Samedi 24 août

CONCERT DE CLÔTURE

Comme tous les ans, interprètes et personnes sourdes se glisseront dans la soirée pour un chantsigne...

Avis à celles et ceux pour qui cela reste mystérieux !

ASSMAHA

Assmaha rend hommage aux chansons populaires et traditionnelles d’Algérie et aux artistes qui ont marqué les différentes époques et courants musicaux, de la guerre jusqu’à nos jours. Leïla Bounous et ses musiciens chantent un répertoire musical typiquement algérien : arabo-andalou, judéo-arabe ou franco-algérien, reflétant ainsi toutes les influences culturelles, religieuses, géographiques, ethniques et coloniales qui font la richesse et toute la diversité de la musique algérienne d’hier et d’aujourd’hui.

DIAZ

Diaz pour « diazepam », l'anxiolytique, un nom de scène marqué par l’humour du quartier pour Farid Belhoul, auteur-compositeur et producteur dit calme et réservé... quand il ne prend pas le micro ! Né en 1982, le rappeur a grandi dans la banlieue algéroise de Hussein Dey et commencé à rapper adolescent, avant de rejoindre plusieurs formations, dont le mythique MBS (Micro Brise le Silence), premier groupe à rapper en arabe dans le monde et avant-garde du rap made in DZ dans les années 90.

SOFIANE SAÏDI

Né en Algérie, à Sidi Bel Abbes, berceau de la musique raï, Sofiane Saïdi fut nourri au sein de sa famille, des mélodies traditionnelles arabes, ainsi que des musiques aux accents modernes et occidentaux. C’est de cet amalgame qu’il va composer son propre style, aussi bien dans le chant que dans la mélodie. Ses influences s’étendent de Cheikha Rimitti, Oum Kalthoum, Raïna Raï, Farid El Atrache jusqu’à Otis Redding, James Brown ou Ella Fitzgerald. Sofiane Saïdi réénonce cette vérité imbattable : la fête, la musique, la profondeur, la proximité, la fraternité, la beauté immense et la magie de l’âme algérienne.

FacebookTwitterTumblr