Stéphane Breton partage, trois mois par an, la vie de la tribu Wodani des hautes terres d’Irian Jaya, en Nouvelle-Guinée. Il parle la langue de ces gens qui se promènent nus avec leur arc, qui vivent en disputant des jardins à la forêt et qui ont la tête près du bonnet comme des paysans de chez nous. Peu à peu, il se fait accepter, même s’il n’est pas évident pour les Wodani de comprendre pourquoi il s’intéresse à eux. Est-ce un missionnaire ? Vient-il du pays des morts ? En tout cas, ils le font participer à la vie du village et à leurs conflits incessants. Une singulière expérience humaine et cinématographique : une plongée d’une rare beauté dans la vie quotidienne des Papous de Nouvelle-Guinée

Stéphane Breton nous plonge dans le off de l’anthropologie, ce qui n’est pas écrit dans les livres, loin du romantisme du « bon sauvage » et de l’échange réciproque. Ce documentaire pose questions. Jusqu’où peut-on aller pour soutirer des informations ? A quel point un étranger peut-il créer des tensions et des bouleversements dans un monde isolé ? Claude Levi-Strauss ne commençait-il pas son fameux ouvrage Tristes Tropiques par cette phrase devenue célèbre « je hais les voyages et les explorateurs » ? La force de Eux et moi est de proposer cette réflexion avec subtilité et intelligence, pour nous faire découvrir l’intégration de l’anthropologue à une société « autre », tout en y révélant les codes culturels du système d’échange de coquillages et les normes locales de sociabilité.

« Stéphane Breton propose ainsi « d’anthropologiser » l’anthropologue à travers le regard d’un groupe papou. Entre crispation et rire. Entre sagesse et mercantilisme. Bref, un film presque universel… devenu culte. » Claude Le Gouill

22 juillet 2014

Eux et moi

Stéphane Breton partage, trois mois par an, la vie de la tribu Wodani des hautes terres d’Irian Jaya, en Nouvelle-Guinée. Il parle la langue de ces […]