Ciné confiné #9 – Peuples et luttes en Grèce


En attendant l’été 2021…

En face

du collectif Cinemakhia

France, Grèce – 2019 – 1h01 – Documentaire


Le collectif Cinemakhia est un collectif franco-grec de 9 personnes qui, bien qu’éloigné·e·s géographiquement et exerçant des activités différentes, se sont retrouvé·e·s autour d’un projet commun : écrire et réaliser ce documentaire. Il est consacré aux chamboulements et reconfigurations engendrés par la venue quotidienne de milliers de migrants au sein de la communauté de Kleio, petit village situé au nord-est de l’île de Lesbos. Entre rejet et identification, l’arrivée de « ceux d’en face » bouleverse le village et ses habitants, dont les ancêtres, eux-mêmes réfugiés, sont aussi venus “d’en face”. Ces histoires s’entrecroisent et donnent lieu à de multiples jeux de miroir.                                                         





Spaces #2

de Tarik Aktas, Mateo Bendesky, Denis Côté, Rachel Leah Jones, Radu Jude, John C. Lynch et Jia Zhang-Ke.

International – 7 films – 23 min au total – VOST anglais


En Grèce, le festival international du film de Thessalonique a invité quelques grands cinéastes d’art et d’essai à réaliser des courts métrages de confinement, en s’inspirant du live Espèces d’espaces de Georges Perec.  En voici quelques uns, disponibles en ligne gratuitement. 
 
 

Les films de Stephane Charpentier, photographe et cinéaste qui vit et travaille en Grèce :


The divided line

de Stéphane Charpentier

2014 – 20 min – Expérimental


1 ligne, 3 trajectoires. Immersion dans la densité des rues d’Athènes, miroir des atteintes qui sapent les fondations du monde occidental. Consumation continue, répétition des impasses, perte de sens. Ressassements quotidiens, violences, illusions des images, dépossession, vies à contre-sens… Les corps à vif avancent reliés entre eux par la corde raide de l’humanité. The Divided Line traversée frontale, entêtante. L’écriture engagée, scandée, en rumeur de Stéphane Charpentier nous place dans un état d’émotions, de pensées un peu hors de contrôle à l’image de la folle fuite en avant qui engloutit nos sociétés.

Pieces of time that we taped oh the hills

de Stéphane Charpentier

2014 – 9 min – Expérimental


Pieces of time nous entraine dans la contemplation d’une grandiose vallée d’olives du Péloponnèse central. Les variations de perspectives du paysage créent un état méditatif où la nature semble reprendre ses droits, et où la présence humaine apparait comme effacée et lointaine, comme reléguée à un second plan. La musique est construite de sons enregistrés dans la nature, et est montée comme une expérience intérieure et organique.