Tout comme le massacre des Indiens par le conquérant blanc
dans le western, la coexistence impossible des cultures est un
thème récurrent au cinéma. L’éternelle confrontation des
peuples, et sa violence induite. Nosilatiaj, la belleza de Daniela
Seggiaro n’échappe pas à la règle, mais construit le portrait
d’un peuple méconnu des salles obscures, les Wichís.
Véritable travail d’anthropologie, presque à la façon d’un
documentaire, ce film transporte le spectateur dans une Argentine
rurale, au Nord, bien loin de l’habituelle image de
Buenos Aires. Yolanda, jeune adolescente wichí que tout le
monde appelle Yola, est la domestique indigène d’une famille
blanche qui ne cherche même pas à comprendre sa
culture et qui la bafoue sans état d’âme. (La kinopithéque)

11 août 2015

Nosilatiaj, la belleza

Tout comme le massacre des Indiens par le conquérant blanc dans le western, la coexistence impossible des cultures est un thème récurrent au cinéma. L’éternelle confrontation […]