James Leong

Le village de Passabe, dans le Timor-Leste aujourd’hui indépendant, a été, en 1999 le théâtre d’un massacre perpétré par une milice pro-indonésienne. Cinq ans plus tard, la Commission Vérité et Réconciliation appuyée par l’ONU tente de restaurer les liens entre communautés. Comment vivre avec ses voisins quand on sait ce qu’ils ont fait ? L’ex-milicien Alexio décide d’avouer le meurtre qu’il a commis. Ses appels à la vérité bouleversent le village. Il sait ce qu’il risque, il sait aussi qu’on ne peut vivre sans conscience. Dans une maison isolée, l’épouse d’un chef milicien en attente de procès, bannie et misérable, tente obstinément de comprendre et s’accroche à une terre qui doit guérir. Les victimes clament leur colère et répugnent à pardonner. Les chefs coutumiers renouent avec les pratiques traditionnelles de compensation et de lien social. Chaque décision de la Commission doit être validée par des cérémonies qui les intégreront aux croyances, à la nature, au jugement des ancêtres. Le chemin vers l’apaisement s’annonce long, le passé ne passe pas encore.

25 juillet 2014

Passabe

Le village de Passabe, dans le Timor-Leste aujourd’hui indépendant, a été, en 1999 le théâtre d’un massacre perpétré par une milice pro-indonésienne. Cinq ans plus tard, […]