Raphaël O'Byrne

C’est un film sur l’engagement politique, au plus près de la vérité d’une femme chilienne, Carmen Castillo, qui survit à son compagnon. Ce dernier, Miguel Enriquez, chef de la Résistance contre la dictature de Pinochet, est mort au combat, rue Santa Fe, dans les faubourgs de Santiago du Chili, le 5 octobre 1974.
Un récit tendu par une interrogation : tous ces actes de résistance en valaient-ils la peine? Miguel est-il mort pour rien?
Au fil des rencontres avec les habitants de la rue Santa Fe, la famille, les amis, leurs vies, leurs visages, Carmen Castillo parcourt un chemin, qui va de la clandestinité à l’exil, des jours lumineux d’Allende aux longues années sombres de la dictature, avec tous ceux qui ont combattu et ceux qui résistent encore aujourd’hui. Se tissent l’histoire d’une génération de révolutionnaires et celle d’un pays divisé. La quête du sens de ces vies engagées nous conduira t dans les sous-sols d’un pays amnésique, où les morts ne sont pourtant pas morts et où les jeunes inventent, une nouvelle fois, un rêve.

Langues : Français

Éditions / Sélections : 2015>Peuples des Andes>Chili|2015>Peuples des Andes>Guerillas

Genres : Documentaire

Réalisateurs : Carmen Castillo

Scénaristes : Carmen Castillo

Producteurs : Agnès B. Productions|INA|Les films d’ici|Les Films de la Passerelle

Distributeurs : Ad Vitam Distribution

Pays de production : BELGIQUE|CHILI|France – Année de production : 2007

Formats : DCP

Types de colorisation :

Version : VOST FRANÇAIS /

Version sous-titres :

Chefs opérateurs : Ned Burgess|Raphaël O’Byrne

Ingénieurs son : Andrei Carrasco|Boris Herrera

Compositeurs : Juan Carlos Zagal

Monteurs : Eva Feigeles-Aimé

Comédiens :

Prix et distinctions : 2008|2008 Grand Prix|2008 Prix du Public|Festival CineHorizontes de Marseille|Festival d’Automne de Gardanne|Festival de Copenhague|Prix du public

29 juillet 2015

Calle Santa Fe

C’est un film sur l’engagement politique, au plus près de la vérité d’une femme chilienne, Carmen Castillo, qui survit à son compagnon. Ce dernier, Miguel Enriquez, […]