Céline Salette

En avant-Première

 

Dix ans après son prix de la mise en scène pour Exils, Tony Gatlif frappe un grand coup avec une tragédie moderne entre hip-hop et flamenco, portée par la performance de Céline Sallette.

Un mix de Roméo et Juliette de William Shakespeare et de West Side Story de Leonard Bernstein, Stephen Sondheim et Arthur Laurents. En enlevant Nil, le jour de son mariage, Lucky le Gitan déclenche la fureur de la famille de la jeune fille qui veut laver son honneur et tuer les deux amants. La vieille guerre de clans qui oppose les deux communautés est rallumée. Geronimo (Céline Sallette) va tout faire pour s’interposer et éviter que le sang ne coule. Cette éducatrice de rue musclée fait régner la loi dans le quartier, fiche des coups de boule aux mômes quand ils font mine de l’agresser et peut, d’un regard et avec quelques mots choisis, désamorcer la violence d’un des kids de la vendetta.

De l’énergie pure. Un bolide lancé à 250 km/heure. À 66 ans, le réalisateur de Latcho Drom (1993) est encore plus pugnace, caméra à l’épaule, il ne lâche jamais ses acteurs, transforme les scènes de violence en purs moments de chorégraphie tout en musique.

21 juillet 2014

Geronimo

En avant-Première   Dix ans après son prix de la mise en scène pour Exils, Tony Gatlif frappe un grand coup avec une tragédie moderne entre […]