George Foreman

1974. Kinshasa. Muhammad Ali, alias Cassius Clay, est opposé à George Foreman, réputé invincible. Ali va transformer ce match en croisade, ralliant tous les Noirs d’Afrique et d’Amérique à sa cause… “Leon Gast aura mis vingt-deux ans à boucler ce film. Plus que l’enregistrement d’un combat mythique, accompagné d’un concertfleuve de James Brown, B.B. King et Miriam Makeba, When we were kings est d’abord le portrait d’un immense personnage de cinéma, capable d’endosser tous les rôles, poète, leader charismatique… et scénariste inspiré. Dès l’instant où il pose le pied sur le sol africain, il comprend qu’il tient le rôle de sa vie. Il met micros et caméras à son service, lance ses répliques comme des directs, trouve l’image cocasse, la formule assassine. Conscient d’être plus faible que son adversaire, il le démolit psychologiquement, mettant à profit le report du match, et le film qui se tourne, pour se poser en héros de la cause des Noirs. Muhammad Ali, ou la force décuplée par l’image…” Télérama, Vincent Rémy, novembre 2008

28 juillet 2016

When we were kings

1974. Kinshasa. Muhammad Ali, alias Cassius Clay, est opposé à George Foreman, réputé invincible. Ali va transformer ce match en croisade, ralliant tous les Noirs d’Afrique […]