2015 Prix Cineuropa

Ce road movie, en forme de conte de fées qui aborde la question kurde, s’ouvre sur une scène évoquant la tradition locale des dengbej : des sortes de bardes locaux qui rapportaient par leurs récits et leurs chants les dernières nouvelles avant l’arrivée de la radio et de la télévision. Dans une maison située dans un petit village, trois dengbej aveugles racontent à un groupe de villageois l’histoire d’une vieille femme, Berfé et de sa petite-fille, Jiyan qui se lancent à pied dans un long périple pour tenter de libérer le père de cette dernière, après son arrestation par l’armée turque. L’affection de Karabey pour la population kurde est manifeste. Le réalisateur condamne le système et la répression séculaire de la minorité kurde par l’État. La plupart des acteurs sont des non-professionnels (dont deux véritables dengbej sur les trois que réunit le film) La bande originale, composée par Ali Tekbaş (qui joue un des bardes), Serhat Bostancı et A İmran Erin, renvoie à la musique kurde traditionnelle avec passion et confère au film une authenticité et une poésie qui s’ajoutent au ton lyrico-épique de l’ensemble.

22 juillet 2016

Suis Ma voix

Ce road movie, en forme de conte de fées qui aborde la question kurde, s’ouvre sur une scène évoquant la tradition locale des dengbej : des […]