Chinese Shadows

Avec Ta’ang, le cinéaste chinois s’intéresse au peuple du même nom, contraint de se déplacer du Myanmar vers la Chine, fuyant des conflits armés. Des dizaines de milliers de réfugiés, des conditions d’hébergement précaires, une indécision grandissante, Wang Bing en fait état en s’intéressant à quelques groupes de personnes, rencontrés dans une poignée de campements. Dans Ta’ang, les échanges téléphoniques sont les seuls à être empreints d’un ton solennel, coupant net la simplicité des discussions en groupe, moments de détente précieux. À chaque fois, l’appel est perçu comme un lien brisé avec les nouveaux proches, mais aussi renoué avec l’autre famille. Face à la crise dite “des migrants”, Wang Bing dirige notre regard occidental vers le peuple Ta’ang du Myanmar, contraint de s’exiler en Chine pour sa survie.

28 juillet 2016

Ta’ang

Avec Ta’ang, le cinéaste chinois s’intéresse au peuple du même nom, contraint de se déplacer du Myanmar vers la Chine, fuyant des conflits armés. Des dizaines […]