Doha Film Institute

« En 2009, dans Fix Me, Raed Andoni, atteint de migraines, lmait sa psychanalyse et laissait af eurer les causes de sa “prise de tête” : le con it israélo-palestinien. Dans Istiyad ashbah, il imagine un dispositif pour faire émerger la parole de Palestiniens qui, comme lui et un quart de la population masculine, ont été détenus dans une prison israélienne. Acteurs, plombiers, maçons : les volontaires qui répondent à son annonce viennent préparer un lm et avant tout construire son décor – la prison d’al-Maskobiya, ré-imaginée à partir de leurs souvenirs lacunaires puisqu’on leur y bandait les yeux. La construction donne à Andoni comme au petit groupe un “support” qui contourne la solennité du témoignage. Mais c’est le jeu de rôle et surtout l’inversion des rôles qui produisent de véritables moments de catharsis. » – Charlotte Garson

24 juillet 2017

Ghost Hunting

« En 2009, dans Fix Me, Raed Andoni, atteint de migraines, lmait sa psychanalyse et laissait af eurer les causes de sa “prise de tête” : […]