Nicolas Wadimoff

Curieusement, s’agissant d’un dirigeant politique de son envergure, qui a laissé une trace indélébile dans l’Histoire, Thomas Sankara n’avait fait l’objet jusqu’ici d’aucun long-métrage. Le documentaire de Christophe Cupelin, Capitaine Thomas Sankara, vient donc combler un vide. Et ce un an après le renversement par la population burkinabè du président Compaoré, soupçonné d’être le commanditaire de l’élimination, en 1987, de celui qui se croyait encore son meilleur ami. Capitaine Thomas Sankara a été réalisé pour l’essentiel avant la chute de Compaoré. Ce qu’on peut regretter, tant le souvenir de Sankara et de son passage au pouvoir a été présent à l’esprit des révolutionnaires de 2014, auteurs d’un soulèvement d’inspiration manifestement sankariste. Un regret tout relatif cependant puisque le film fait revivre, surtout à l’aide d’images d’archives, le parcours et les initiatives d’un homme extrêmement populaire quand il a exercé le pouvoir entre 1983 et 1987. Le vingtième anniversaire de la mort de Sankara a fait réapparaître des images jusque-là introuvables ou en tout cas impossibles à utiliser.

27 juillet 2016

Capitaine Thomas Sankara

Curieusement, s’agissant d’un dirigeant politique de son envergure, qui a laissé une trace indélébile dans l’Histoire, Thomas Sankara n’avait fait l’objet jusqu’ici d’aucun long-métrage. Le documentaire […]