Simone Sitte

Son nom est peu connu en France, pourtant, jusqu’à son assassinat en janvier 2007, le journaliste Hrant Dink, Arménien de Turquie, était une figure majeure du combat pour la reconnaissance du génocide de 1915. Dans les colonnes du journal AGOS, hebdomadaire bilingue qu’il avait créé en 1996, il plaidait avec une même énergie humaniste pour la réconciliation des deux peuples. Le 20 avril 2009, le procès du ou des meurtriers présumés de Hrant Dink s’est ouvert à Istanbul. Pourtant certains des prévenus ont été remis en liberté avant même de comparaître. La justice veut-elle vraiment retrouver ceux qui se cachent derrière le jeune nationaliste identifié comme son assassin ?

21 juillet 2016

L’assassinat de Hrant Dink

Son nom est peu connu en France, pourtant, jusqu’à son assassinat en janvier 2007, le journaliste Hrant Dink, Arménien de Turquie, était une figure majeure du […]