Thérèse Clerc est l’une des grandes figures du féminisme militant. Du combat pour l’avortement à l’égalité des droits entre les hommes et les femmes en passant par les luttes homosexuelles, elle a été de toutes les batailles. Elle apprend aujourd’hui qu’elle est atteinte d’une maladie incurable et décide de jeter un dernier regard tendre et lucide sur ce que fut sa vie, ses combats et ses amours. La première séquence montre Thérèse étendue, le visage émacié, invitant le cinéaste à l’accompagner jusqu’au bout. Lifshitz accepte avec courage et délicatesse. Il sait montrer ce que Thérèse Clerc perd, jour après jour, sans jamais faire un spectacle de la dégradation de son corps, entrecoupant ces séquences d’images d’archives. Il réunit finalement les quatre enfants de cette femme mariée plus de deux décennies avant de prendre son envol, en 1969, qui, chacun à leur tour, peignent une facette différente de leur mère, mettant ainsi la dernière touche à ce qui aurait pu être un masque mortuaire mais qui est un portrait saisissant de vie.

27 juillet 2016

Les vies de Thérèse

Thérèse Clerc est l’une des grandes figures du féminisme militant. Du combat pour l’avortement à l’égalité des droits entre les hommes et les femmes en passant […]
2 mars 2015

Et depuis 75?

La soirée sera articulée autour de la projection de moyens et court-métrages et d’une discussion avec le Planning familial, autour de l’anniversaire de la loi Veil, […]
2 mars 2015

Courts-métrages Eclats de femmes

Soirée discut et court-métrages, autour d’un verre, d’une tasse et agrémentée de quelques lectures… Super Venus  de Frédéric Doazan / 3 min, 2013 A quoi ressemble […]