Nicole et Félix

Nicole et Félix_1


Résumé :

« Les Le Garrec» - car quand on parle d’eux, on ne sépare jamais Nicole et Félix tant ils sont indissociables - ont indéniablement marqué le paysage audiovisuel breton. Pionniers - avec leur complice René Vautier - d’une production audiovisuelle installée en région avec la création, en 1969, de l’Unité de Production Cinématographique Bretagne, société qui produira notamment «Avoir vingt ans dans les Aurès», ils furent parmi les premiers à témoigner des luttes et des combats mais en s'attachant toujours à donner la parole aux gens ordinaires.

Comme tout parcours de pionniers, celui de Nicole et Félix s’est fait hors des chemins battus, des sentiers balisés. Ici pas de plan de carrière, pas d’autres lignes directrices que les rencontres, l’intuition, le désir, l’urgence parfois.

Entre Nicole et Félix et le Festival de cinéma de Douarnenez, c'est une longue histoire. C'est à Douarnenez que fut projeté pour la première fois "Plogoff, des pierres contre des fusils", long-métrage documentaire qui reste le symbole d'une lutte de gens ordinaires contre un projet extraordinaire qu'un gouvernement veut imposer.

FacebookTwitterTumblrGoogle+
Fiche technique :

Réalisateur : Philippe Guilloux

Production : Carrément à l'Ouest, Tébéo, TébéSud, TV Rennes Bretagne 35

Distribution : Carrément à l'Ouest

Genre : Documentaire

Pays de production : Bretagne

Année : 2014

Durée : 55 MIN

Format : Vidéo

Colorisation : Couleur

Version : VF

Image : Tanguy Alanou

Son : Frederic Hamelin

Montage : Catherine Nédelec, Gaëlle Douel, Philippe Guilloux

Projections passées :

SÉANCE EN AVANT-PREMIÈRE


Quelques secondes de silence en cette soirée du 5 septembre 1980 au cinéma Le Club après les dernières images de « Plogoff, des pierres contre des fusils » que le troisième Festival de cinéma des minorités nationales de Douarnenez vient de projeter en avant-première. C’est comme si le public avait besoin de reprendre son souffle après deux heures d’explosions de grenade, d’injures, de cris, de coups de matraques, de bruits de pierres sur les casques et les boucliers. Et puis, tout-à-coup, le grondement des applaudissements. Le festival vient de vivre un grand moment avec les spectateurs, il est vrai, acquis à la cause des réalisateurs.

Le public est au rendez-vous, rarement la rue Berthelot a connu une telle affluence. Toute la nuit, les séances vont se succéder. Au petit matin. L’exploitant de la salle, Paul Guyard, prend la décision de créer une société de distribution. Le film sera gonflé en 35 mm et sortira en salle. Avec plus de 180 000 spectateurs, il détient à ce jour le plus grand nombre d’entrées pour un film breton.

Ce 37e Gouel ar filmoù/Festival de cinéma de Douarnenez ne pouvait pas ne pas être le lieu où le film « Nicole et Félix » serait présenté en avant-première.


Centre de ressouces :
Format disponible pour pré-visionnement : non