Historique





Créé en 1978 par un groupe de cinéphiles, rassemblés cette année là autour de la lutte contre la centrale nucléaire de Plogoff, et des questions identitaires liées à la culture bretonne, le Festival de Douarnenez diffuse depuis ses débuts des filmographies méconnues.

LF Dz 2013--103Débat - La langue rromani - outil de communication et référence identitaire

Lucas Faugère

Année après année, il invite des peuples, proches ou lointains, qui ont en commun de lutter pour leurs identités, souvent bafouées.

Combats pour le territoire, pour la langue et la culture, pour un statut politique, pour la dignité tout simplement.

A l'affiche, se croisent documentaires et fictions, le plus souvent accompagnés d'invités qui apportent tous des visions différentes. Croiser les regards, multiplier les récits du monde et les points de vue restent essentiels à nos yeux.

Réalisateurs, artistes, journalistes ou hommes politiques, tous se plient avec bonheur au jeu de la rencontre, du débat sous toutes ses formes, dans un festival empreint d'une grande convivialité, et qui continue de se rattacher clairement aux valeurs d'éducation populaire.

Nous explorons aussi toutes les autres facettes des cultures invitées : littérature, photographie, musique, cuisine, et n'oublions jamais nos jeunes spectateurs.

Comme à ses débuts, le Festival continue de s'interroger sur la production audiovisuelle bretonne et propose chaque année une sélection de ces films, ainsi que des rencontres professionnelles.

Outre les peuples invités, la programmation compte parfois des « coups de chapeau » à des réalisateurs, des sections transversales qui interrogent d'autres pans de nos sociétés (femmes, prisons, immigration, mondialisation... ) ou des volets liés aux droits de l'homme (Afghanistan, Tchétchénie...).

rigobeta_menchu_invitee_en_1984_slideshow

Rigoberta Menchù, invitée du festival

 

Restés fidèles à ces peuples et à certains de leurs réalisateurs, nous continuons de présenter leurs films, soit dans le cadre de « La Grande Tribu », soit tout au long de l'année, au cours de projections, rencontres et débats que l'association a toujours très à cœur de défendre.