Hülya Koçyigit

Cinéaste des éléments (l’eau et la terre), Metin Erksan est aussi le peintre des passions exacerbées. Ours d’or au Festival de Berlin de 1964, Un été sans eau est tout cela à la fois. Un vrai film de passions : la terre, le meurtre, le désir, la fratrie et la trahison. Hasan et Osman, deux frères, sont paysans et travaillent une terre fertile. La source qui alimente tous les champs du village se trouve sur leur propriété. Mais quand un été se fait particulièrement aride, Osman décide de réserver la précieuse source à l’irrigation de leurs seuls champs. La colère monte dans le village. Hasan tenterait bien de raisonner son frère mais il est trop préoccupé par la belle Bahar qu’Osman convoiterait bien également… La mise en scène de Metin Erksan impressionne par sa maîtrise et ses moments de bravoure. À la fois intense et poétique, Un été sans eau réserve des moments inoubliables. Il est l’un des meilleurs exemples du réalisme social apparu dans le cinéma turc au début des années soixante. Un grand classique restauré en 2008 par la World Cinema Foundation

25 juillet 2016

Un été sans eau

Cinéaste des éléments (l’eau et la terre), Metin Erksan est aussi le peintre des passions exacerbées. Ours d’or au Festival de Berlin de 1964, Un été […]