Julia Gregory

Paris. Dans une petite impasse près de la Place de Clichy, se dressent face à face deux hôtels glauques. Derrière ces façades anonymes, se cachent les vies marginales de plusieurs transsexuels d’origine équatorienne qui se prostituent au bois de Boulogne : tous ont fui la crise économique dans leur pays ainsi que l’intolérance et l’homophobie qui y règnent. Parmi eux, Mujeron, “la grande femme” en espagnol, Angel, un ex- boxeur professionnel qui a dû choisir la prostitution et une vie solitaire comme seul moyen pour aider sa famille restée au pays. Mais aussi Romina, qui semble avoir réalisé son rêve grâce à la prostitution : un corps de femme, une vie de femme au foyer. Première partie d’une rencontre avec Angel, que l’on retrouvera dans le deuxième film du réalisateur, Angel.

1 août 2017

Les travestis pleurent aussi

Paris. Dans une petite impasse près de la Place de Clichy, se dressent face à face deux hôtels glauques. Derrière ces façades anonymes, se cachent les […]