Paulo Milhomens

Dans ce premier film tourné dans l’exil, Glauber Rocha (1939-1981) construit une sorte de théâtre épique et apocalyptique pour mettre en scène la lutte du peuple du Tiers-Monde contre les forces de l’impérialisme occidental. Dans une Afrique mythique qui incarne les contradictions les plus fortes et violentes du néocolonialisme, des révolutionnaires forment des guérillas pour combattre les agents de l’oppression. Tourné en 22 jours en 1969 juste pendant la transition de la République populaire du Congo, le film marque le début d’une transformation du cinéma de Rocha et donne forme à sa recherche d’un nouveau cinéma politique, tricontinental, “un cinéma dangereux, divin et merveilleux” comme il récitait dans Vent d’Est du groupe Dziga Vertov (Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin).

30 juillet 2018

Le Lion à sept tête

Dans ce premier film tourné dans l’exil, Glauber Rocha (1939-1981) construit une sorte de théâtre épique et apocalyptique pour mettre en scène la lutte du peuple […]
24 juillet 2018

Un avant-poste du progrès

À la fin du XIXe siècle, deux colons portugais inexpérimentés, mus par un vague désir de civiliser les colonies, débarquent dans un coin reculé du fleuve […]