Dorothée Lorang

Ils seraient entre 600 000 et un million de jeunes au Japon à s’être reclus dans leur chambre, coupés de toute vie sociale, parfois depuis plusieurs années. Ces jeunes que l’on nomme les hikikomori sont caractéristiques de ce que la société japonaise désigne comme la «génération perdue». Le film va à leur rencontre au sein de l’un des rares centres de resocialisation pour hikikomori, et tente de comprendre les questionnements de cette génération sur le Japon d’aujourd’hui. Immersion à la fois intime et discrète, dans un univers déroutant.

17 juillet 2014

Hikikomori, à l’écoute du silence

Ils seraient entre 600 000 et un million de jeunes au Japon à s’être reclus dans leur chambre, coupés de toute vie sociale, parfois depuis plusieurs […]