Elio Ortíz

« Andrés, un blanc – karai en langue guarani – qui part sur les
traces d’un cinéaste-explorateur suédois : Erland Nordenskiöld ;
celui-ci a filmé des “sauvages” guaranis en 1910 et, fasciné par
les images de ces hommes “invisibles”, Andrés veut partir trouver
Yvy Maraey, la terre sans mal, terre des origines, premier état
de la création pour les Guaranis du Chaco bolivien.
Yvy Maraey est un film splendide – mais exigeant – qui questionne
les relations entre les hommes, les rapports interculturels, l’approche
de l’autre et les préjugés, l’altérité, l’identité, la connaissance
de soi, la nostalgie du monde perdu et la confrontation à la réalité.
» [Pascale Amey]
Des propos qui illustrent parfaitement un de nos grands
coups de coeur.

10 août 2015

Yvy Maraey, Tierra Sin Mal

« Andrés, un blanc – karai en langue guarani – qui part sur les traces d’un cinéaste-explorateur suédois : Erland Nordenskiöld ; celui-ci a filmé des […]